L' ditorial de l'AFUB

EDITO DU 14 octobre 2011

 

Aubry – Hollande,
et les banques :

 

 

du flou des promesses électorales
à la solidarité bancaire...

        

            Affligeant !

            Scinder les activités bancaires en sanctuarisant la banque de détail, sûr que les deux candidats en conviennent.
Mais par delà un pétition de principe, force est de constater le flou qui entoure le propos et lui confère la force des promesses électorales sans lendemain.

Et à cet égard l'Afub ne peut qu'être alertée par « l'union sacrée » des deux candidats pour envisager un soutien aux banques et l'engagement de l'Etat à ce sujet.

L'Afub dénonce qu'une telle démarche garantit ainsi aux banquiers une véritable immunité en les faisant échapper à toute responsabilité à l'égard de leur gestion calamiteuse et aventureuse. Une banque est un commerçant et, quand un commerçant fait de mauvaises affaires, il s'expose à la sanction d'une faillite.

L'Afub constate que les candidats relaient ainsi le mensonge d'Etat, encore renouvelé cette semaine par le Président de la République : secourir les banques, c'est sauver le crédit !

Faut-il rappeler que les canaux du crédit ne sont nullement fragilisés par les clients qui remboursent leurs échéances et payent leurs découverts. Ce qui est en cause et exige remède c'est le dévoiement par les banques de leur fonction, celle de contribuer au financement de l'économie nationale car elles consacrent plus leurs ressources aux marchés financiers qu'à des prêts destinés aux entreprises et particuliers. Et l'illustration en est apportée par le marché de la dette souveraine européenne où, dans le top 10 des banques, les établissements français ont investi 215 milliards d'euros alors que leurs homologues allemands détiennent seulement 75 milliards d'euros !

Au demeurant et alors que ces deux dernières années l'activité bancaire a dégagé des bénéfices insolents, l'Afub rappelle la nécessité que le législateur impose aux établissements de consacrer aux financements de l'économie au moins 30% de ces profits, ceci dans la perspective d'une régulation durable de leurs activités spéculatives.

L'Afub déplore donc l'absence de tout projet portant des initiatives réelles à ce sujet et appelle les candidats à se prononcer et à clarifier leurs intentions.
___________________________________________

COMMUNIQUE de Presse 14 Octobre 2011, 14h.

 

 

 

Retour à la page précédente

www.afub.org © 1999/2018 AFUB
Tous droits réservés, reproduction partielle ou totale interdite sans l'avis préalable de l'auteur
Dernière révision : 14 Octobre, 2011