L' ditorial de l'AFUB

EDITO DU 21 novembre 2011

 

La tarification bancaire
et
le rapport de l'Observatoire :
Un état des lieux en trompe l'œil !

 

 

Quand les moins favorisés trinquent…
        

            L'AFUB dénonce une hausse sélective qui vise les populations les moins fortunées et les plus vulnérables sans qu'une telle ségrégation  soit justifiable.

L'Observatoire et ses statistiques le confirment :

        Alors que sur les 18 derniers mois (dec 2009-juil 2011), la hausse générale des tarifs bancaires est de 1,2%, force est de constater que ce sont les services accessibles aux moins argentés qui augmentent le plus :

+ 4% pour les cartes à autorisation systématique,

+ 3% pour les cartes à débit immédiat,

+ 12,7% pour les retraits aux distributeurs; et 30 % des banques qui assuraient la gratuité en 2009 ont décidé en 2011 de taxer leurs clients.

        L'AFUB observe en outre que le rapport ne saurait être une photographie fidèle de la réalité tarifaire puisque échappent à ses statistiques les frais nouvellement apparus ces derniers mois : commission de surveillance, de suivi, de gestion et autres frais qui jusqu'à présent n'étaient pas débités aux clients.

De la même manière l'AFUB rappelle qu'un relevé tarifaire ne saurait rendre compte à lui seul de la pratique bancaire trop souvent inflationniste ainsi que l'illustrent les commissions d'intervention dont le plafond forfaitaire va de 10 € / jour à 390 € / mois.

 AFUB - Communiqué de presse,  lundi 21 novembre 2011, 16h.

 

 

 

Retour à la page précédente

www.afub.org © 1999/2018 AFUB
Tous droits réservés, reproduction partielle ou totale interdite sans l'avis préalable de l'auteur
Dernière révision : 24 Novembre, 2011