L' ditorial de l'AFUB

EDITO DU 5 avril 2011

 

Le Crédit Foncier
et les taux variables :
indemnisation, dernier acte…

 

15 millions d'euros
distribués aux 1772 victimes
d'ici juillet 2011 !


         

Ouf, Enfin …

14,25 millions d’euros seront d’ici juillet versés par le Crédit Foncier à 1772 de ses clients qui ont été trompés par des prêts à taux variable présentés comme étant sécurisés et qui, en fait, ne l’étaient pas.

Cette indemnisation est une première et même une grande première :

Elle est l’aboutissement d’une négociation collective et de la mise en œuvre de l’accord signé en novembre 2009 par le professionnel et par les représentants des consommateurs, l’AFUB et UFC.

C’est au Comité d’évaluation animé exclusivement par les représentants des usagers qu’est revenue la mission de déterminer, en toute indépendance, la réparation à attribuer à chacune des victimes, après consultation. Plus d’une année a été nécessaire pour cela.

Le processus inspirera-t-il d’autres établissements ?

Cette indemnisation illustre qu’il est d’autres alternatives pour régler un conflit, ceci même en dehors de toute « action collective » ou « class action ».

Cette expérience inspirera-t-elle d’autres établissements ?

L’Afub formule le vœu pour que ces professionnels de la banque, de l’épargne et du crédit s’en inspirent pour une autre gestion des conflits collectifs, au lieu d’opposer silence et refus opiniâtre qui contraignent leurs clients en des « guérillas » judiciaires épuisantes.

Alerte aux taux variables …

Alors que nombre de prêteurs proposent aujourd’hui à nouveau des crédits à taux variable, l’Afub puise dans l’expérience présente toute les raisons d’une mise en garde des emprunteurs immobilier à l égard d’une formule dont les dangers ne sont plus à démontrer : à une époque où les taux n’ont jamais été aussi bas, les chances d’une baisse sont inexistantes alors même que sont évidents les risques de subir à l’avenir une augmentation des taux … et donc une aggravation de l’endettement.

Et l’Afub de déplorer la pusillanimité des initiatives gouvernementales à ce sujet, la loi du 3 janvier 2008 n’assurant aucune protection réaliste des emprunteurs à l’encontre de ces indexations inflationnistes qui se réfèrent à l’euribor.

Contact presse :

Marie-Anne JACQUOT

Communiqué de presse AFUB, le 5 avril 2011

2 février 2011, 15h

 

 

 

Retour à la page précédente

www.afub.org © 1999/2018 AFUB
Tous droits réservés, reproduction partielle ou totale interdite sans l'avis préalable de l'auteur
Dernière révision : 5 Avril, 2011