L' ditorial de l'AFUB

EDITO DU 18 octobre 2008 - 17h

 

 

La Caisse d’Epargne
et
600 millions d’euros ...

 

une irresponsabilité coupable …
et, après la Caisse d’Epargne, à qui le tour ?

 

            L’Afub constate que la Caisse d’Epargne n’a pas retenu la leçon de la crise financière et préfère des spéculations hasardeuses au lieu de financer l’économie réelle, celle des PMI / PME, celle des artisans et commerçants qui, en ces temps difficiles, ont pourtant les plus grands besoins.

            A la Caisse d’Epargne qui prétend que ses clients n’ont rien perdu et ne sont pas concernés, l’Afub rappelle que :

1. les fonds dilapidés proviennent des profits et des bénéfices engrangés sur le dos des clients, avec ces tarifications agressives, ces commercialisations forcenées et les petits épargnants spoliés ;

2. les fonds ainsi perdus manqueront à tous ses clients, artisans, commerçants et particuliers, en attente de prêts, de découverts, de concours bancaires qui sont chichement accordés ;

Ces dérives sont favorisées par l’inertie du Gouvernement qui ne saurait se limiter à ces actuels appels incantatoires à la responsabilisation des acteurs financiers. Elles démontrent l’urgence d’une réforme des structures de l’industrie financière, de manière à leur rappeler que leur fonction est de financer l’économie réelle et non point de rechercher des profits spéculatifs hasardeux.

La responsabilité bancaire ne saurait être masquée par la mis en cause de trois lampistes, simples salariés, boucs  émissaires d’une recherche effrénée de profitabilité orchestrée par une direction générale assoiffée, qui tourne le dos  à la mission que la Loi lui assigne  : promouvoir et protéger la petite épargne.

Et l’Afub, de s’interroger : après la Caisse d’Epargne à qui le tour ?

Communiqué de presse, le 18 octobre 2008 à 17h.

 

Retour à la page précédente

www.afub.org © 1999/2018 AFUB
Tous droits réservés, reproduction partielle ou totale interdite sans l'avis préalable de l'auteur
Dernière révision : 18 octobre, 2008